Football Loisirs Campan : site officiel du club de foot de CAMPAN - footeo

Féminines: le déroulé d’un match… quelques repères et quelques règles

12 octobre 2017 - 12:43

Pour les matches amicaux, toutes les filles disponibles sont invitées à participer. Pour les matches officiels, seules 14 filles auront le droit de participer (c’est la règle obligatoire pour toutes les équipes de foot). C’est moi qui vous informerai au minimum trois jours à l’avance de la liste des filles retenues.

Les matches se font soit à domicile (à Campan), soit à l’extérieur. Dans le cas des matches à domicile, les rencontres auront lieu à 20h30 le vendredi soir. Dans le cas des matches à l’extérieur, c’est l’équipe qui nous reçoit qui décidera du jour et de l’heure de la rencontre (vendredi soir à dimanche après-midi). Dans tous les cas, il faut être sur le stade où se déroule le match 1 heure avant le début de la rencontre : donc à Campan, à 19h30 au stade et quand on va à l’extérieur rendez vous à Bagnères (précisé à chaque fois) 1h + le temps de trajet avant le début de la rencontre.

Quand on arrive sur le stade où le match va se jouer, on se réunit tous dans les vestiaires. On ne se change pas tout de suite. Le coach prend 15 minutes pour parler du match, de la composition d’équipe et distribue les maillots. Le numéro du maillot que porte chaque fille est important : c’est ce qui va apparaitre sur la feuille de match officielle. A la fin de ces 15 minutes, le coach va remplir cette feuille de match. Les filles s’habillent. Une fois habillée, il reste en général 30 minutes avant le début de la rencontre.

Pendant 20 minutes, les filles titulaires (celles qui vont entamer le match sur le terrain) s’échauffent sous l’animation de leur capitaine. Un échauffement est une mise en conditions : condition physique (échauffer les muscles, les tendons, le cœur), condition psychologique (premières sensations avec le ballon, mise en confiance, concentration) et condition collective (convivialité, solidarité, équipe). Il faut donc être groupées et s’appliquer, être à la fois attentive à soi et aux autres. Les filles remplaçantes (qui ne commencent pas le match sur le terrain mais sur le banc) échauffent la gardienne. Echauffer la gardienne, c’est être à son service pour savoir ce qu’elle veut pour se mettre en condition (physique, psychologique). L’échauffer, c’est aussi la mettre en confiance… on ne tire pas des mines ou des ballons inatteignables… on ne cherche pas à marquer mais à l’échauffer.

10 minutes avant le début de la rencontre, on rentre aux vestiaires. On quitte les survêtements, les bijoux et tout et tout… on est prêts pour rentrer en jeu. L’arbitre et le capitaine adverse viennent normalement vérifier les numéros des maillots et l’équipement des joueuses. L’arbitre peut aussi donner des conditions de jeu et préciser sa façon d’arbitrer. Les cinq minutes qui restent sont en général des minutes de solitude. On entre à 100% dans le match. C’est un moment d’hydratation mais surtout de concentration et de motivation. Le capitaine, le coach ou un autre peut faire un peu monter la pression par quelques derniers encouragements collectifs. Chacun a sa façon de se concentrer : parler, remonter ses chaussettes, écouter de la musique, fermer les yeux… faites comme vous voulez dans le respect de la concentration des autres filles.

Quand l’arbitre siffle, on sort des vestiaires et on va à l’entrée du terrain sans y entrer. Les remplaçantes vont avec le coach s’installer sur le banc. Les titulaires se mettent en ligne derrière notre capitaine et on attend d’avoir l’équipe adverse alignée à côté de nous. Au signal de l’arbitre, on entre sur le terrain. On se présente au public (aussi maigre soit-il) en s’alignant face à  lui ; une équipe à gauche de l’arbitre, l’autre équipe à sa droite. Le capitaine de l’équipe qui reçoit va ensuite serrer la main de l’arbitre puis de toutes joueuses adverses suivie de toutes ses joueuses. Comme tout acte de politesse, on y met ce que l’on veut (gentillesse, indifférence, clin d’œil, sécheresse, défi…) mais on le fait. C’est un moment rituel qu’il faut respecter.

A partir de là, tout le monde se met à sa place sur sa moitié de terrain sauf les capitaines qui restent près de l’arbitre. Celui-ci doit en effet procéder à un tirage au sort (en général pile ou face d’une pièce de monnaie) pour désigner la capitaine qui va choisir soit de prendre l’engagement soit de choisir le côté du terrain. Si les deux parties de terrain sont dissymétriques pour toute sorte de raison (pente, vent, soleil éblouissant…), le capitaine qui a gagné le tirage au sort choisit en général le terrain le plus désavantageux pour le début (c’est plus facile de subir le désagrément quand on a la fraicheur du début de match). On essaye donc en général de commencer contre le vent, contre la pente, contre le soleil, etc… Si le terrain est symétrique, le choix se fait sur l’engagement et là franchement, chacun fait ce qu’il veut : prendre l’engagement ou le laisser à son adversaire peu d’avantages et peu d’inconvénients à chacun de ces deux choix.

Ensuite l’arbitre siffle et c’est le début du match. C’est l’arbitre qui décide de tout ce qui est de l’ordre du respect des règles. On ne s’arrête de jouer qu’à son coup de sifflet. On ne conteste aucune de ses décisions. Si problème général de compréhension, le capitaine est son interlocuteur et peut l’interpeler poliment. Pour ce qui concerne le jeu ; vous allez entendre des consignes venant de partout : des autres joueuses, du public, de votre mari… les seules vraies consignes (celles qu’il faut respecter) sont celles du coach et du capitaine.

Les remplacements se font à la demande du coach. Il n’y a aucune obligation réglementaire sur l’utilisation de toutes les remplaçantes ou d’aucune. Dans la limite du nombre de remplaçantes inscrites sur la feuille de match (max 14 joueuses), on peut faire des changements à tout moment du match, aux arrêts de jeu et avec l’aval de l’arbitre. Une joueuse qui sort peut être amenée à rejouer, elle doit rester concentrée et prête.

A la mi-temps (après 45 minutes de jeu), chaque équipe dispose de 15 minutes. On va tout de suite dans le vestiaire, on ne refait pas le match avec les spectateurs, même avec ceux pour lesquels on a le plus d’affinités. Les 5 premières minutes dans le vestiaire sont celles de la récupération : souffle, hydratation, défoulement. Au bout de 5 minutes, le coach prend la parole pour faire un mini débriefe positif ou négatif et donner la composition de l’équipe et les objectifs pour la deuxième mi-temps. C’est aussi le moment pour essayer de corriger certaines erreurs collectives ou individuelles. Les messages doivent passer vite, on n’a pas toujours le temps de donner toutes les formes nécessaires à  une bienséance très élaborée. On s’en fiche, l’important est que le message passe. On respecte la parole du coach en écoutant et en évitant de l’interrompre. Les 5 minutes qui restent sont celles des questions éventuelles et de la concentration sur les nouveaux objectifs. On sort du vestiaire à la demande de l’arbitre (coup de sifflet). Pas de rituel d’entrée sur le terrain.

A la fin du match (trois coups de sifflet de l’arbitre), on se salue (arbitre, joueuses de son équipe et adverses) mais cette politesse est moins ritualisée que l’entrée de match et chacun fait ce qu’il veut.

Bon match!

François 

Commentaires

Aucun événement